Soixante secondes de bonheur ✍🏻 Bruno Combes

par Clemence

4ème de couverture

Elena a tout sacrifié pour devenir tradeuse. À la suite de son divorce, son fils, Maxime, ne lui a jamais pardonné d’avoir déménagé à Londres. En choisissant de le rejoindre dans les Landes pour les fêtes, elle espère sauver ce qui peut l’être encore…

Bûcheron, Sébastien vit seul avec sa fille Océane au milieu des pins et des souvenirs. Il a tellement cherché à la protéger qu’il ne l’a pas vue grandir. Et, à force d’être couvée, la voilà qui s’éloigne…

Nous sommes le 27 décembre 1999, la tempête du siècle se dirige tout droit vers le massif landais. Au milieu du chaos, leurs vies vont être bouleversées.

Et si d’un drame pouvait surgir l’espérance ?

Ressentis à la lecture : 😐😒🥱🙂

Léger mais je m’ennuie

Sur fond d’information sur l’épilepsie, l’auteur nous fait revivre la tempête de 1999 (enfin pour celles et ceux né.es avant cette année là). Je trouve ça super d’utiliser son écriture pour sensibiliser. D’ailleurs, j’en ai appris un peu plus sur l’épilepsie grâce à ce livre.

« Lorsque la moquerie de certains camarades transparaissait, elle ne leur en voulait pas. Comment pouvaient-ils comprendre une maladie invisible renvoyant à des croyances d’un autre temps ? »

J’ai, cependant, le sentiment qu’il a trop voulu construire une histoire autour de cette maladie. J’ai l’impression que l’histoire principale en a été simplifiée et on perd tout intérêt. En tout cas, moi, je l’ai perdu.

Loin de l’univers palpitant attendu, ce roman en manque de profondeur m’a ennuyée. J’ai ressenti beaucoup d’agacement devant un déroulé sans finesse et trop rapide. Les personnages trop simplistes voire clichés à certains moments m’ont excédés. Idem pour certaines situations qui font perdurer l’imaginaire collectif patriarcal.

📚

De la poésie, mais pas convaincue

Vers la fin du livre, il y a un passage très doux et très poétique que j’ai vraiment apprécié. L’image évoquée m’accompagne encore aujourd’hui. Malheureusement, cela ne suffit pas et n’efface pas l’ennui que j’ai ressenti.

Au final, je ne suis pas convaincue par le fond et je reste sur ma faim. Un résumé qui donne envie et un texte qui ne délivre pas l’histoire espérée. Tout au long de la lecture, je me suis demandé où voulait nous emmener l’auteur.

Je vous la conseille cependant, si vous avez envie d’une lecture rapide sans réflexion. Parfois c’est ce qu’il nous faut, et il faut croire qu’au moment de ma lecture ce n’était pas du tout mon envie.

📚

L’avez-vous lu ? Est-ce qu’il vous tente ?

Poursuivre la lecture ...

Ce site utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus