Mystère et ambiance feutrée

Il fait nuit. Noire et opaque. Personne aux alentours.

Sur le quai de la gare, Mme Phare est seule. Elle avance à petits pas pressés pour se réchauffer. Soudain, elle trébuche. Telle une liane, elle ondule doucement avant de s’échouer au pied du lampadaire.

Pas un bruit dans le brouillard. Rien que le silence. L’ambiance feutrée garde le mystère de la chute.

Comme pour échapper à la lumière inquisitrice du lampadaire, une graine sauvage s’enfuit en roulant vers la pénombre. Sur les rails.

Dans un fracas assourdissant et dans une débauche de lumière, le train arrive et déchire avec une violente douceur la coquille.

Mme Phare souri. La coupable a péri.

Crédit photo : Jules Nehlig sur unsplash

Amèrement fruité

À travers la vitre, elle contemple la froide et pluvieuse nuit.

Amère, elle a vu rouge. Tout éveil à la lumière apporte son lot de noirceur, pense-t-elle.

Est-ce que cela justifie son acte ? Serait-ce une explication ?

Le bureau est plongé dans le noir. Seule la blancheur des mots du néon d’en face éclaire la scène. Dans cette froide lumière, la cerise sur le gâteau se retourne et regarde son œuvre.

Du tiroir à double fond s’évadent des gouttes.

Sans bruit, elles roulent, glissent et s’écrasent en une flaque au goût de fraise rouge.

Crédit photo : Kobby Mendez sur unsplash

Mise en bouche

De ses lèvres fraîches, il caresse la cacophonie colorée.

Ce repas n’est que le reflet empoissonné du choc feutré.

Harmonieuse et enivrante, la main dessine le contour de ses courbes.

La photographie exquise de ces corps carillonne subtilement.

Dans la douce clarté, la puissance des gestes prête l’oreille pour une parfaite dégustation.

Un charivari intérieur se dégage des draps moelleux et savoureux.

L’effleurement lié au crépitement aromatique assaisonne la vigie dressée.

Palper, flairer et admirer dans une insatiabilité grave.

Aucune cécité pour la langue tenace qui frôle mélodieusement les formes.

Point de lunette lors de cette collation pétillante à la senteur dure.

Le tintamarre hypnotique se répand glacé et piquant.

Massage inspirant telle une berceuse d’un appétit lumineux.

La perception des papilles épie l’essence sensible.

Un dernier coup d’œil, et elle se délecte dans un grésillement intense et satiné.

Crédit photo : Jeremy Bishop sur unsplash