Ma méthode pour réussir à dire non

par Clemence

Je lui demande un service, il est partant. Je lui propose une activité, il est motivé. Je crois que je pourrais compter sur les doigts d’une main les fois où il m’a dit non (ça fait quand même six ans que nous nous connaissons.). Et pourtant malgré ses réponses positives, dans 90% des cas, il ne fait pas ce à quoi il s’est engagé. Maintenant je le sais, donc j’essaye de ne plus faire attention. Mais souvent ça m’énerve à un point … 😡 J’ai envie de lui dire, “mais tu crois quoi ? Que je ne saurais pas le supporter ? Que je ne suis pas capable de gérer ?”

J’ai finalement réalisé que ce n’est pas un manque de confiance en mes capacités de gestion de crise mais que c’est lui qui n’a pas appris à s’opposer sereinement.

Est ce que ce genre de situation te parle ? As-tu toi aussi un ami qui accepte tout ou presque ? Ou peut-être que tu te reconnais dans cette description ?

Refuser de donner de l’aide à un ami ou à un parent, de prendre en charge le dossier que le boss veut nous confier, ou quoique soit en général est difficile. Je suis tout à fait d’accord, dire non est aussi compliqué que de l’entendre. J’étais un peu pareil. Mais c’était avant de trouver ma motivation suprême pour résister (rien que ça!) même si j’avoue que c’est encore dur dans certaines situations.

 

Pourquoi avons nous des difficultés à dire non ?

Les raisons sont nombreuses. J’ai cependant remarqué trois grandes catégories qui remportent le palmarès des explications :

  • Peur de nous exposer au mépris, au déplaisir de la personne à laquelle on l’adresse,
  • Manque de confiance en soi, le sentiment que l’on vaut moins que les autres,
  • Envie de conformité, de faire plaisir et de passer pour une gentille et pas pour une fille égoïste.

Donc nous disons oui, un peu à contrecoeur parfois. “C’est qu’il voulait entendre”,  “c’était plus simple plus comme ça”, “oh ça ne me dérange pas tant que ça”, “ça lui fait plaisir”, … sont les phrases que nous nous répétons pour justification.

Au final ? Nous sommes frustrés d’avoir accepté. Nous nous fatiguons pour respecter la parole donnée. Nous nous retrouvons dans des situations catastrophiques. Nous ne faisons pas ce qu’on a dit. Nous perdons en crédibilité. Indirectement, ne perdons-nous pas aussi un peu de notre estime pour nous -même ? Bref, les conséquences peuvent être douloureuses (pas toujours, on est d’accord, mais le ratio ne penche pas en sa faveur tout de même).

Et le pire parce que nous disons oui à tout le monde, nous nous imaginons que nous aurons la pareille en retour. Combien de fois n’ai-je pas entendu mon ami rouspéter contre untel ou untel parce qu’il n’avait pas eu la reconnaissance ou le service attendu. “Comment ose-t-il/elle me dire non ?”, “Même pas un merci”, “Après tout ce que j’ai fait pour lui/elle.” La frustration est à son comble.  Mais cette personne ne le respectait pas plus pour lui avoir dit oui. Au contraire, elle se dit je peux tout lui demander, il acceptera sans problème.

 

Comment réussir à dire non sans passer pour une méchante et sans culpabiliser ?

  1. Accepter de parfois passer pour une méchante. Eh oui, malheureusement nous ne maîtrisons pas les réactions des autres et nous ne pouvons pas plaire à tout le monde.
  2. Changer de perspective. Comment ça ? Non reste non. Eh bien non. Ouhlala, ça fait beaucoup là. 😳

Le nouvel angle d’approche serait : “Je te dis non parce que je me dis oui.” On passe en mode positif.

Je ne suis pas (toujours) en mesure de donner le soutien attendu. Quelle aide pourrais-je offrir si je ne suis pas au top de ma forme ?

Pourquoi accepter ce travail que je ne souhaite pas ou n’ai pas le temps de fournir? Je ne donnerai pas le meilleur de moi-même. La qualité ne sera pas au rendez-vous ou alors à mon détriment. Est-ce que cela en vaut la peine ?

Est-ce que me poser devant Netflix ou choisir un autre plaisir facile m’apportera du bien-être sur le long terme sachant que je néglige ce qui me fait réellement vibrer ?

Soyons clair, l’idée n’est pas d’être férocement égoïste et égocentrique mais de savoir prendre soin de soi en toute bienveillance pour offrir au monde la meilleure version de soi-même et mieux donner. Finalement c’est hyper altruiste. Tout est question d’équilibre.

Vous en serez reconnaissant vis-à-vis de vous-même parce que vous aurez pris soin de vous et que la fois où vous choisirez d’offrir votre temps, votre présence et votre énergie aux autres, cela aura un vrai sens et vous donnerez le meilleur de vous-même.

Vos amis, connaissances, collègues vous en seront au final reconnaissants parce que toutes les fois où vous direz oui, ils sauront que vous le pensez et que vous serez là pour eux.

🌺 Aujourd’hui, soyons courageux et affrontons nos peurs (oser dire non quand on n’a pas l’habitude est toujours un peu terrifiant). Exprimons exactement ce que nous pensons et ressentons sans excuse ou détour. Dis-toi oui.

 

Petites astuces en plus :

  • Ne pas hésiter à le répéter fermement car la personne en face peut insister dans sa demande. Si cela est trop compliqué, dans un premier temps, pourquoi ne pas proposer une alternative ? “non mais … “, “je ne peux pas aujourd’hui mais demain si tu le souhaites, …”
  • Eviter de se justifier en long en large et en travers. On perd en crédibilité.

Ce site utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus

dictum risus. facilisis felis luctus dolor Donec at