La vulnérabilité : est-ce vraiment une faiblesse ?

par Clemence
La vulnérabilité : est-ce vraiment une faiblesse ?

Pour beaucoup, et je me compte dedans, être vulnérable est synonyme de blessure et de faiblesse. Si je me montre comme je suis, avec toutes mes failles, mes défauts, mais aussi mes qualités, quelqu’un les utilisera contre moi.

C’est vrai, qu’étymologiquement, la vulnérabilité vient du latin “vulnerare” qui veut dire blesser, endommager, porter atteinte à, faire mal à, froisser, offenser. C’est donc, la définition de ce qui est fragile, précaire, de ce qui peut être attaqué.

Le raccourci est facile à prendre. Du moins, il l’était pour moi.

Manque de pot, jusqu’à récemment, ça s’est révélé plutôt vrai. Notamment dans les relations amoureuses. Je n’ai pas vraiment trouvé chaussure à mon pied. Au contraire. Je me le coupais ce pied pour rentrer dans les chaussures que l’on me proposait.

Jusqu’à cette dernière histoire qui s’est finie très récemment.

Un pervers narcissique. Le summum de la manipulation.

Yes, c’était pour moi.

Tout ce qui me fragilisait, il l’a utilisé contre moi pour mieux me manipuler. Ça a marché. Pendant longtemps. Trop longtemps.

Aujourd’hui c’est fini. Je suis sur les rotules. Pourtant, au fond ça va plutôt bien, voire même très bien.

D’abord, la situation qui me faisait souffrir est finie. C’est donc motif de réjouissance.

Ensuite, j’ai décidé d’en tirer le meilleur et de regarder ce que je peux apprendre de tout ça : 

– Prendre soin de moi,
– Mettre des limites fermes et non négociables (la base me direz-vous !),
– Croire que je mérite le meilleur et que je n’ai pas à me mettre en quatre pour plaire,
– Écouter mon intuition parce que les signaux, je les ai consciencieusement ignorés,
– Des émotions à utiliser dans l’écriture,
– De l’inspiration pour de futurs textes,
– et bien d’autres choses encore, …

J’ai été vulnérable avec les mauvaises personnes et elles en ont profité. Est-ce que pour autant la vulnérabilité est négative ? Je ne crois pas.

Avec les bonnes personnes, j’ai pu voir que le lien qui se créait était fort et réel.

Ce n’est pas être vulnérable qui pose problème (ce n’est ni mauvais, ni bon en soi.), c’est l’être avec les mauvaises personnes et surtout les laisser l’utiliser à mauvais escient.

Pour éviter de refermer la carapace, mettre les barbelés et sortir les chiens suite à cette expérience traumatisante, je travaille sur moi et mes blocages. J’apprends à poser mes limites et regarder les choses différemment et à surtout m’écouter parce qu’au final, je le savais que ce n’était pas un homme bien.

Alors, être vulnérable ? Je dis “OUI, à 100 %”.

Finalement, nous le sommes tous, à partir du moment où nous exprimons une émotion, une opinion ou nous prenons une décision. Bref, dès que nous nous exposons au regard d’autrui. C’est une prise de risque et ce n’est pas toujours confortable, mais être soi, c’est ce qu’il y a de mieux à tous les niveaux. 

Plutôt que de la voir comme une faiblesse, j’ai décidé de la considérer comme une force. Savoir être vulnérable, c’est une forme de courage.

Ça vous parle ?

Vous aimerez aussi ...

Ce site utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus

nec Sed vel, leo. adipiscing efficitur.