Mise en bouche

De ses lèvres fraîches, il caresse la cacophonie colorée.

Ce repas n’est que le reflet empoissonné du choc feutré.

Harmonieuse et enivrante, la main dessine le contour de ses courbes.

La photographie exquise de ces corps carillonne subtilement.

Dans la douce clarté, la puissance des gestes prête l’oreille pour une parfaite dégustation.

Un charivari intérieur se dégage des draps moelleux et savoureux.

L’effleurement lié au crépitement aromatique assaisonne la vigie dressée.

Palper, flairer et admirer dans une insatiabilité grave.

Aucune cécité pour la langue tenace qui frôle mélodieusement les formes.

Point de lunette lors de cette collation pétillante à la senteur dure.

Le tintamarre hypnotique se répand glacé et piquant.

Massage inspirant telle une berceuse d’un appétit lumineux.

La perception des papilles épie l’essence sensible.

Un dernier coup d’œil, et elle se délecte dans un grésillement intense et satiné.

Crédit photo : Jeremy Bishop sur unsplash

La distance

Abandonnée. Effondrée. Recroquevillée. Seule de son côté, elle pleure.

Incompréhension. Émotion. Déception. Il est perdu et ne comprend pas sa réaction.

Coincés dans un ballet de pantin sans fils, ils se croisent. Plus d’échanges, ni de mélanges.

Chacun espère un geste, de la tendresse, un signe de l’autre. Rien.

Quelle force malicieuse se joue d’eux ?

Emmurés dans leur douleur muette, ils étouffent petit à petit.

Comment se rejoindre quand le silence a l’épaisseur d’un mur de pierre et les mots la force d’un boulet de canon ?

Crédit photo : Z S sur unsplash

La drôle de vie d’une chaise

Des fessiers, des popotins, des derrières, j’en ai vu. De tout âge, de tout genre. Des pieds aussi. Nus, boueux, chaussés, sales, plus ou moins propres. Certains sentaient même un peu.

Aujourd’hui, ce sont des mains d’enfant, un peu poisseuses, peu sûres. Il cherche à se mettre debout. Ses petites mains potelées s’agrippent à mon assise. Aie ! Deux petites dents se plantent dans mon bois. Voilà deux nouvelles marques qui racontent un peu plus de ma vie. Témoins de ce que j’ai vécu, de ce que j’ai vu.

Par exemple. Regardez. Là, sur mon pied gauche arrière, vous voyez l’entaille ? J’ai perdu un bout dans une bataille. Et quelle bataille ! Madame contre une souris. La souris est partie. Mon bout de pied aussi. Monsieur l’a rafistolé comme il pouvait. J’ai boité un temps avant qu’il ne trouve la bonne prothèse. Depuis, quand il fait froid, je grince un peu.

Je suis avec eux depuis leur mariage. Cadeau de la grand-mère Huguette.

Ah la grand-mère. Une sacrée bonne femme. Je l’aimais bien. Nous en avons vécu des histoires toutes les deux. Des tasses de thé parfumé, des lectures, des tricots, des petits sommes au coin du feu. J’ai même failli y rester. C’est qu’elle a le sommeil un peu lourd grand-mère Huguette. Elle n’a ni vu, ni entendu la braise bondir sur le tissu de mon dossier. Un si beau tissu.

Quel dommage ! Parti en fumée.

Heureusement, j’ai résisté. C’est que je suis costaude. On ne se débarrasse pas de moi comme ça. Les petites jeunes ne sont plus faites du même bois. Ça casse pour un rien de nos jours. J’ai eu droit à un bel habit tout neuf. Aujourd’hui, comme dirait madame, j’ai un chic fou en lin gris clair.

La grand-mère, bien qu’elle ait failli me brûler, savait prendre soin de moi. Quand j’ai eu le mal du bois, quand l’envahisseur est venu et a voulu me dévorer. Elle était là. Elle a pris le temps de me traiter, de s’asseoir à côté de moi pour mettre dans chacun des petits trous créés par ces horribles bestioles le produit destiné à me guérir. Ça démangeait.

« Interdiction d’y toucher », disait grand-mère Huguette, « le produit agit ».

Elles ont disparu et ne m’ont laissé que quelques petites marques à peines visibles. Si tu t’approches suffisamment près, tu en verras les traces sur mes accoudoirs.

Le petit continue de mordiller mon assise. À ce rythme-là, il fera plus de dégâts que le feu ou les termites. Je ne dis rien. Je reste stoïque. J’en ai vu depuis le temps que je vis dans la famille. Si vous saviez. Mon vieux bois a encore de quoi raconter. Des aventures, mais aussi de secrets. Des secrets, j’en ai été le témoin silencieux. Mais chut, je les garde pour moi.

Ou peut-être pour une autre fois…

Crédit photo : Mitchell Griest sur unsplah

Du bonheur en spray

Pschitt, pschitt.

Dans les cheveux de la voisine.

Sur la calvitie du voisin.

Sur les poils du caniche de mamie.

On diffuse, on envoie, on distribue.

Pas de chichi.

Un entrechat et le bonheur jaillit de la bouteille.

Des sourires, des étincelles, des bulles s’envolent et virevoltent.

Ça pétille dans les chignons !

Crédit photo : Freestocks sur unsplash